Mario Draghi a démontré une fois de plus qu’il sait parler aux marchés ! Si la BCE maintient le statu quo (taux directeurs à 0,05%), la réunion de la banque centrale s’est achevée sur une promesse et un rendez-vous : celle de « réexaminer » la politique monétaire européenne lors du prochain conseil, le 3 décembre. Le Gouverneur de la banque centrale a réaffirmé « la volonté et la capacité d’agir » de l’institution, « si nécessaire ». Il a également évoqué la possibilité d’abaisser le taux de dépôt marginal (aujourd’hui à -0,20%), une mesure incitant les banques à prêter aux acteurs de l’économie plutôt qu’à placer leurs liquidités en dépôt à la BCE. Autrement dit, la BCE est disposée à faire plus, pour stimuler davantage l’économie via sa politique de création monétaire. Le volontarisme affiché par la BCE s’explique par la constance du risque déflationniste en zone euro, ravivé par les incertitudes de l’environnement global, entre ralentissement des pays émergents et surabondance de l’offre pétrolière mondiale. Mario Draghi a d’ailleurs anticipé une inflation très faible à court terme. Il n’en fallait pas plus pour rendre euphoriques les marchés boursiers, qui interprètent ce message comme la garantie d’une accélération - et d’une extension dans le temps - du programme de rachats d’actifs obligataires (dont le rythme est actuellement de 60 milliards d’euros par mois). Politique de relance par l’offre, l’injection massive de liquidités sur les marchés a pour objectif de maintenir les taux d’intérêt à un niveau plancher et d’affaiblir l’euro afin de stimuler in fine, la croissance du crédit, des investissements et la consommation. La faiblesse des taux obligataires, favorable aux débiteurs mais peu incitative pour les investisseurs, rend attractives les actions, comparativement mieux rémunératrices pour les investisseurs. « La communication des banques centrales, plus que le contenu des mesures engagées, toujours aussi prépondérante pour l’orientation des marchés » La réaction des marchés a été instantanée après la réunion monétaire (forte hausse de indices boursiers européens, baisse de l’euro à 1,10 dollar, taux obligataire souverain allemand à 5 ans en baisse à -1,09%, contre -1,02 avant l’annonce). Les investisseurs ont « acheté » massivement l’annonce plus d’un mois avant que les mesures en question soient officialisées, avec plus de précisions, par la BCE. Comme souvent dans ce type de configuration de marché, le mouvement est peut-être excessif et il est fort à parier qu’au moment de la mise en œuvre de ces mesures d’assouplissement supplémentaires, l’enthousiasme boursier soit retombé. La communication des banques centrales, plus que le contenu des mesures engagées, est décidément toujours aussi prépondérante pour l’orientation des marchés boursiers. Le comportement des investisseurs prouve que l’environnement économique est encore loin d’être normalisé, les fondamentaux structurels et la santé des entreprises n’occupent toujours pas la place qu’ils devraient dans l’évaluation du potentiel de valorisation des actifs. Au tour de la FED de nous donner des précisions Le compte rendu du FOMC publié ce mercredi 28 à 19H ne devrait pas être très différent de la ligne directrice donnée au mois de septembre, ce sera une nouvelle fois une histoire de rhétorique et de détails. Au cas où la FED ne s’attacherait plus à suivre les pays émergents et la Chine, cela pourrait être positivement interprété comme un obstacle de moins à une hausse de taux proche. Au contraire, si la FED s’alarme de la faiblesse des chiffres économiques et des derniers chiffres du chômage par exemple, cela serait un signal négatif à court terme, sur la confiance de l’institution dans l’économie US et donc de la possibilité d’une hausse de taux à venir. A priori il y a moins de 30% de chance qu’une hausse de taux soit annoncée, le diable se cachera ici dans les détails. Nous reviendrons sur ce sujet dans l’émission La Matinale organisée tous les jours à 10H, cliquez ici pour vous inscrire et m’y rejoindre. Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC - Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr Les informations fournies présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication. Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les performances passées d’un investissement donné ne garantissent pas ses performances futures.Les observations, analyses et conclusions présentées sont basées sur des données graphiques de CMC Markets et non sur des données relatives aux instruments sous-jacents réels.CMC Markets ne pourra être tenu responsable d’une perte liée directement ou indirectement à une transaction réalisée sur la base des information fournies.Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers complexes, à effet de levier, comportant un risque de perte supérieure au capital investi.