Graal des spéculateurs, l’anomalie de marché est souvent confondue avec la prime de risque. Bien exploitées, la première est un cadeau, la deuxième est une récompense. Explications.

Sur les marchés financiers, tout rendement provient de l’exploitation d’une anomalie de marché ou d’une prime de risque. Bien comprendre la différence entre ces deux termes permet donc d’évoluer sereinement au gré des fluctuations de prix des produits financiers. Au contraire, prendre une prime de risque pour une anomalie de marché pourrait bien être l’erreur la plus grave en matière d’investissement.

Anomalie de marché et prime de risque : définitions

D’après l’Hypothèse d’efficience des marchés, les produits financiers s’échangent à leur juste valeur. En d’autres termes, les prix reflètent à tout moment la totalité de l’information disponible.

L’anomalie de marché désigne la situation où le prix d’un produit financier diffère de son prix théorique. Elle représente donc une opportunité de gain sans risque pour l’investisseur.

Si le prix de marché est inférieur au prix théorique, l’investisseur peut acheter au prix du marché, puis attendre que celui-ci monte vers le prix théorique pour revendre plus cher et réaliser une plus-value.

À l’inverse, si le prix de marché est supérieur au prix théorique l’investisseur peut vendre à découvert au prix du marché, puis attendre que celui-ci baisse vers le prix théorique pour racheter moins cher et réaliser une plus-value.

Dans ces deux cas, l’investisseur réaliserait une plus-value sans prise de risque. Seulement voilà, si les marchés financiers sont efficients et si les prix reflètent la totalité de l’information disponible, ces anomalies de marché ne devraient pas exister. Les rendements obtenus par les investisseurs ne seraient alors que des primes de risque...

La prime de risque désigne le rendement obtenu par l’investisseur en contrepartie d’une prise de risque. Il correspond à la différence entre le rendement total et le taux sans risque (niveau de rendement proposé pour un placement sans risque).

Confondre anomalie de marché et prime de risque

Lors de leurs décisions d’investissement, la plupart des investisseurs utilisent des méthodes d’évaluation financière. Bien sûr, les prix théoriques trouvés à l’occasion de ces exercices tombent rarement sur le prix exact du marché. Et pour cause, il est impossible pour un investisseur, aussi brillant soit-il, de traiter la totalité de l’information disponible.

Il faut donc prendre des raccourcis et espérer que ces approximations soient aussi proches que possible de la réalité. Autrement dit, que votre valorisation d’un produit financier soit bien égale à sa valeur. Certains choisiront des modèles d’analyse fondamentale, d’autres tenteront de repérer les anomalies de marché à l’aide d’indicateurs techniques.

Quels que soient vos choix, si vous parvenez à battre le marché, deux explications sont possibles. Première explication, vous avez de la chance dans l’exploitation des primes de risque. Deuxième explication, vous savez détecter les anomalies de marché et les exploiter avec succès ; si tel est le cas, gardez jalousement votre méthode de Trading, car si les anomalies de marché qui font votre succès venaient à être exploitées par d’autres, elles disparaîtraient !

 


Ces informations sont produites par CMC Markets. Elles présentent un caractère purement informatif, elles ne constituent pas un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers ou de la recherche en investissement. Cette communication n'a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l'indépendance des analyses financières et à interdire d'effectuer des transactions sur l'instrument concerné avant la diffusion de la communication Ces informations vous sont fournies à titre indicatif et pourraient ne pas être actualisées. Elles peuvent être amenées à changer sans avertissement préalable. Les anticipations, projections ou objectifs mentionné s sont présentés à titre indicatif et ne sont en aucun cas garantis. CMC ne saurait être tenu responsable s’ils n'étaient pas réalisés ou atteints