Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets France Depuis 3 ans, le Japon s’est lancé dans un vaste programme d’assouplissement quantitatif (quantitative easing en anglais ou QE) afin de faire chuter sa monnaie, jusque-là pénalisante pour les exportateurs, vivifier son économie et faire remonter l’inflation, problème existentiel du Japon depuis 20 ans. Seulement voilà, le PIB a frétillé avant que la récession ne s’installe récemment et l’inflation est montée à 2% pour mieux repasser dans le rouge par la suite. Ne se laissant pas démonter, les officiels du Japon ont simplement expliqué que la reprise faisait face à quelques embûches à court terme. Le 11 octobre dernier, Kuroda, gouverneur de la banque du Japon a engendré une douche froide sur les investisseurs qui espéraient une nouvelle vague de QE. Il a expliqué qu’il fallait dans les conditions actuelles attendre un peu pour prendre la mesure des chiffres économiques et peut être agir par la suite. Ce discours a naturellement engendré une hausse du Yen, qui s’accélère en cette fin de semaine sur le marché contre le Dollar. Car en parallèle, sur la paire USDJPY, nous avons le Dollar. Monnaie américaine dont plus personne ne veut aujourd’hui après avoir inscrit un point haut il y a 9 mois et alors que la terre entière était haussière sur cet actif. La raison ? le marché ne croit plus à une hausse de taux aux USA cette année, scénario plombé par les chiffres économiques US et le ralentissement chinois. Résultat ? le Yen monte, le dollar baisse et USDJPY dérape dangereusement. Kuroda va-t-il attendre les prochains chiffres pour intervenir sur le Yen, rien n'est moins sûr, le marché pourrait le contraindre bien avant de se faire, possibilité déjà évoquée par l’intéressé le 24 août dernier, quand la paire avait frôlé les 116, plus bas de 2015, support majeur pour la suite. Graphique journalier débutant en 2014 En d’autres termes, nombreuses raisons fondamentales à court terme pèsent sur la paire alors qu’à moyen terme, la majorité des opérateurs voient la hausse…serait-ce une opportunité ? En effet, si le Japon lance un nouveau QE prochainement la paire pourrait remonter d’un cran. Par la suite une hausse de taux américaine enfoncerait le clou. Théoriquement. Inconvénients de la paire : - Envisager la baisse se conçoit pour qui pense que l’aversion au risque va augmenter, que la tendance baissière de court terme s’installe d’autant que des supports cassent, mais une intervention de la BoJ entrainerait à priori une hausse spectaculaire comme lors des dernières opérations (cf. octobre 2014) - Entrevoir la hausse en vue de suivre les possibles stratégies des banques centrales est intéressant encore faut-il qu’elles nous apportent de la visibilité à moyen terme, ce qui est de moins en moins le cas actuellement Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr