Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets France Lundi 24 août restera dans les annales. -8% sur le CAC40 et le Nasdaq en séance, 1000 points de baisse à l’ouverture du Dow Jones, cela faisait bien longtemps que les marchés n’avaient pas secoué autant et nombreux opérateurs, journalistes et traders en ont été abasourdis. Explication du mouvement baissier En toile de fond nous avions des marchés survalorisés, en lévitation, sur leurs plus hauts annuels en pleine période estivale alors que les matières premières indiquent un ralentissement global que la Chine et les émergents commencent à matérialiser. A court terme, l’étincelle est venue de Chine où les marchés actions avaient pris 160% en 6 mois boostés par des particuliers avides de jeux d’argent qui ont acheté les yeux fermés en levier et se sont fait liquider en panique à la moindre correction. Fin de correction ou début de bear market ? Depuis le mois de Mai le fait que les indices boursiers DAX, CAC40, SP500 et Nikkei avaient réalisé des mouvements haussiers anthologiques et devaient consolider était dans les esprits mais cette « respiration » ne venait pas. Il se pourrait tout simplement que la chute des bourses en cette fin de mois d’août soit un « accident baissier » estivale, une correction violente due au manque de liquidités ce qui a accéléré le mouvement et que, maintenant réalisée, le marché puisse stabiliser voire remonter. La mise en place d’un bear market est possible mais il en faudra plus. Plus de baisse, plus de volumes, plus de « raisons » de chuter que le simple ralentissement chinois dont nous sommes déjà au fait depuis 2 ans. Sous 9000 sur le DAX, 1800 sur le SP500, 16000 sur le Nikkei, nous parlerions alors de retournement effectif à moyen/long terme et de risque de dérapage plus profond. Même si ce scénario ne serait guère étonnant, j’ai la vague impression que cela viendra « plus tard ». Nous avons connu un tremblement de terre d’une magnitude 7 mais la faille de San Andréas n’a pas encore bougé. Vers de nouveaux records ? Graphiquement les tendances de long terme ont pris un choc, elles ne sont pas cassées mais sont entachées. Au vue des configurations en place les cours pourraient réagir et remonter puisque des supports ont été touchés, néanmoins envisager de nouveaux records est « compliqué » ou disons très optimiste… En d’autres termes, si les points bas réalisés le 25 août sont cassés, il pourrait y avoir du grabuge. Au-dessus de ces derniers, « retracer » la baisse serait légitime, une latéralisation de plusieurs semaines pourrait se mettre en place. Nikkei Vue mensuelle – 20800 résistance, 17000 bas de canal, sous 16000 danger DAX Vue mensuelle – 12400 résistance, 9400 support, sous 9000 danger Dow Jones – Résistance 18300, support 15300 Pour finir je citerai Marc Fiorentino dont j’affectionne le commentaire matinal : Quel enseignement tirer d’une journée comme celle-ci ? Le consensus a toujours tort. Il peut avoir raison quelques mois mais la raison finit toujours par l'emporter. On ne devrait plus entendre des phrases comme : "les actions ne peuvent que monter car il n'y a pas d'alternative" ou "avec des taux à zéro les actions ne peuvent pas baisser". Suivez moi sur Twitter : @NCheron_CMC Egalement @CMCMarkets_FR Clients et lecteurs, n’hésitez pas à nous faire des retours sur les analyses publiées, directement sur gestionclients@cmcmarkets.fr