Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets France et Éric Chwaliszewski de Finance Galaxie. Suite à un rebond de près de 1000 pips en l’espace de deux mois la paire EURUSD avait presque atteint les 1.15 vendredi. Avec la BCE en ligne de mire j’écrivais en ce début de semaine : « Nous arrivons à la croisée des chemins, 1.15, soit 50% de retracement de la dernière phase baissière, de 1.25 à 1.05. La BCE devrait nous permettre de trancher la situation.” Je ne pensais pas que Benoit Coeuré viendrait changer la donne sans me laisser le temps d’écrire cette analyse. En effet, ce membre de la BCE, a déclaré en ce mardi matin que la BCE pourrait accélérer son programme d’achat en mai et juin afin d’anticiper une période de moindre liquidités pendant l’été. Evidemment, l’économiste français a ajouté que cela n’avait rien à voir avec la récente chute du Bund, nous le croirons sur parole. L'effet a été immédiat, la paire a perdu une centaine de pips en quelques minutes. Ayant pour habitude de partager mes graphiques, je suis tombé parfaitement d’accord avec un analyste spécialisé dans l’Analyse Technique Dynamique, Éric de Finance Galaxie (@eric_chw), sur le fait que la paire EURUSD pourrait, à tout moment, reprendre sa dynamique de fond baissière. Pour ma part je cadrais la tendance haussière avec une simple oblique haussière (on peut aussi tracer un canal, ou drapeau haussier avec implication baissière), qui, si cassée, entrainerait une rechute. Graphique journalier Source: CMC Markets Éric, de son côté, avait mis en avant le risque baissier sous 1.137 dès le début de semaine. Source: ProRealTime.com Dans le sens où un tel risque existait, et étant conscient du risque de propagation des unités de temps courtes haussières, aux unités de temps longues baissières, j’ai entamé une discussion avec ce spécialiste, qui m’a livré cette lecture. « Il suffirait de peu pour que reprenne la tendance baissière de fond. C'est ce que nous voyons en mois et trimestre, avec les résistances M7M-LQ (M7 mois, bande de Bollinger inférieure trimestre). M7M est une résistance forte, car elle est habituellement l'axe de baisse avant une phase 3. LQ est forte aussi, car les bandes de Bollinger divergent. Source: ProRealTime.com Le scénario de reprise de la baisse est possible aussi en semaine, avec M7 qui monte, alors que M20 est très baissière. À terme, cela pourrait se terminer par un non-croisement des moyennes mobiles, ou un croisement très faible. Source: ProRealTime.com En jour, la pression vendeuse est déjà perceptible, avec le support de la phase 3 haussière qui a été passé hier, à 1,137. Source: ProRealTime.com Scénario dynamique : résistances M7M-LQ + fin de la phase 3 jour + non-croisement M7-20 semaine = reprise de la tendance baissière de fond. Résistance : 1,139. Supports : M7 jour (1,131), SAR jour (1,129), M20 jour (1,114), M7 semaine (1,106). » En tout état de cause, des signaux baissiers viennent d’être donnés par l'analyse chartiste et l'analyse dynamique. Un point haut de moyen terme pourrait être en cours de réalisation ce qui impliquerait un retour des velléités baissières vers les supports dont le prochain (majeur) se situe à 1.105/6. Seule une reprise des (1.139 voire 1.145) pourrait invalider ces perspectives ce qui sera compliqué à moins que le FOMC change la donne mercredi soir. En attendant, il semble plus plausible que les rebonds soient vendus. En conclusion : les banques centrales sont à la manœuvre et changent la donne avant que nous n’ayons le temps d’anticiper ou d'agir. La baisse semble reprendre ses droits, attention à la volatilité mercredi et jeudi, de violents pullback ne sont pas inconcevables. Dans tous les cas, notez à quel point la volatilité augmente sur les changes, gérer son risque en fonction de cette dernière semble indiqué en élargissant les stops et en abaissant les leviers.